Clotilde Boisvert

clotildeClotilde Boisvert est de formation scientifique : Licence de sciences naturelles à la Sorbonne, diplôme d’ethnobotaniste à l’EPHE.
Elle exerce d’abord en tant qu’enseignante de Sciences naturelles dans l’enseignement secondaire puis en 1960 en tant que chercheur (Ingénieur CNRS) au Laboratoire des êtres organisés, boulevard Raspail à Paris où elle est responsable de l’équipe de l’un des premiers microscopes électroniques.
En 1967-68, elle séjourne à Washington (USA) où elle travaille à mi-temps au laboratoire de Bioluminescence du NIH.
Dès 1980, la Ville de Paris (ADAC, Jardin d’acclimatation) lui demande une formation pour un public de voisinage sur les plantes aromatiques et leurs usages : il sera accompagné de petits jardins didactiques à thème.
Elle introduira les cours de la Société Nationale d’Horticulture par un cours de botanique générale.

En 1983, avec pour Président d’honneur Paul Jovet du Muséum national d’Histoire naturelle, elle fonde L’École des Plantes Clotilde Boisvert, qu’elle dirigera durant 20 ans. Il n’existe alors quasi plus aucun enseignement de Botanique en France. Elle organise cet enseignement tant sur le terrain que par des cours et des travaux pratiques.

À la suite d’une rencontre avec Marie-Antoinette Mulot, elle apprend la grande misère des herboristes condamnés à disparaître et ajoute à son enseignement l’étude des plantes médicinales précédée d’un cours sur l’anatomie-physiologie du corps humain. En seconde année, des cours de chimie, soutiendront l’enseignement des plantes médicinales alors permises à la vente ainsi que des aromates. En troisième année, des stages chez des spécialistes ramasseurs-producteurs de plantes, distillateurs, herboristes encore en activité soutiendrons l’enseignement. S’y ajoutent de nombreux stages d’une semaine, en France et à l’étranger sur des terrains choisi pour la diversité et l’abondance de leur flore. Une équipe d’enseignants universitaires pharmaciens, médecins phytothérapeutes, chimistes et d’herboristes renommés* soutiendra cet enseignement et les examens afférents. Un photographe professionnel accompagnera l’école dans son enseignement, Clotilde dans ses conférences, ses articles, ses livres : La Photothèque rassemble ses photos. Un enseignement de dessin scientifique et de peinture sera mis en place dès le début des enseignements.
C’est sous l’identité complice du Botaniste Gourmand, que Clotilde Boisvert présente en un discours tant scientifique qu’historique et gastronomique, les différents végétaux dans la cuisine. Elle y introduit les plantes sauvages, les épices puis les algues comestibles des côtes de Bretagne. De jeunes chefs talentueux constituent son équipe de base. Il lui est demandé des conférences, des cours pour l’École Supérieure de Cuisine Française, des émissions de radio et de télévision (France Culture, la Trois, la Cinq, la Huit etc.), des expositions ainsi que l’organisation de repas sur ces thèmes.
Journaliste, elle écrit dans différents journaux pour grand public (Sciences et Vie, Sciences et Avenir, Rustica, Votre Beauté, Marie-Claire, etc.). Actuellement elle tient une chronique dans Phytothérapie européenne.
Elle commence à écrire des livres de vulgarisation en 1977 : c’est « Herbes et épices » puis le premier livre moderne sur « La cuisine des plantes sauvages » en 1992. Ils seront suivis d’une vingtaine d’autres ouvrages spécialisés.
On la sollicite pour créer des jardins de plantes médicinales : la Ville de Paris, Le Prince jardinier, les Touaregs de Tombouctou, un prieuré de Bourgogne, etc.