Feuillets

Qu’est-ce qu’un feuillet ?

Il s’agit d’un texte de présentation centré sur une plante spécifique et contenant un ensemble d’informations la caractérisant.
Le sujet est ainsi traité en une page, et selon la demande, il contient : la description botanique de la plante, son origine, son introduction, ses propriétés médicinales (anciennes, actuelles), ses utilisations et usages, des informations d’ordre ethnobotanique… avec possibilité d’illustration grâce à notre service de la Photothèque.
Contactez nous pour plus de renseignements:  contact

Exemple de feuillet: LE GIROFLIER

giroflier
Botanique- Syzygium aromaticum (L.) Merr. et L.M. Perry. Cet arbre de la famille des Myrtaceae, à houppier pyramidal, est toujours vert, son écorce est lisse, il possède des feuilles ovales, oblongues, lisses et coriaces. Ses fleurs sont disposées en petites cymes compactes et ramifiées à l’extrémité des rameaux. Les fruits sont des baies allongées de la grosseur d’une prune.

Récolte – Les boutons floraux sont cueillis avant l’épanouissement de la corolle, quand les pétales non séparés forment une tête ronde et rosée au-dessus du calice. Ils prennent, après séchage au soleil, une teinte rouge-brun.

Introduction – La plante, ignorée des Anciens, est connue des Chinois. Elle sera introduite en Europe au IVe siècle par les Arabes. Sa conquête est l’objet de biens des guerres. Au XVIIIe siècle, Pierre Poivre en apporte un pied à l’Ile Maurice où sa culture sera développée.

Usages – Au Moyen Âge, les médecins y voyaient une panacée : les clous de girofle étaient réputés fébrifuges, antiseptiques, analgésiques, stomachiques, aphrodisiaques. Ils soulageaient les maux de dents, guérissaient les ulcères, protégeaient de la peste.
Sainte Hildegarde les préconisait pour les maux de tête, la surdité, l’hydropisie.
Le girofle est aujourd’hui exploité comme antiseptique, parfait désinfectant du cordon ombilical et du matériel chirurgical, comme cicatrisant, antihistaminique, analgésique, pour ses propriétés digestives et vermifuges.

Il est employé aussi comme épice, pour aromatiser sucreries et boissons, pour conserver la viande, éloigner les mouches et les moustiques.
En Chine, le fruit, de la grosseur d’une prune, est préparé confit comme excitant.

Son huile aromatique à odeur d’œillet est très usitée dans la parfumerie.

Folklore – Pline donne l’étymologie de « girofle », faisant dériver son nom du grec « phyllos », feuilles et « karuo », noix. Quant à son nom scientifique on y retrouve le nom  d’un grand ami de la botanique au XVIIe siècle : celui d’Eugène de Savoie-Carigane Savoie.

Plusieurs traditions, usages rituels et pratiques magiques sont liés au giroflier.
C’est ainsi, par exemple que l’on se devait, en Chine, d’avoir dans la bouche des clous de girofle pour s’adresser à L’Empereur.  Ces mêmes clous de girofle, sont brûlés, seuls ou en mélange pour purifier un lieu.

En Orient comme en Asie, l’on trouve d’innombrables recettes de parfums incorporant le girofle pour attirer la chance ou l’argent. Et portés sur soi ou utilisés dans l’eau du bain, les clous de girofle ont le pouvoir d’attirer l’attention et le désir du sexe opposé.

De façon générale, le giroflier est symbole de protection, d’exorcisme, de désir sexuel, de gains matériels.

THÉ AUX CLOUS DE GIROFLE:  Laissez infuser 12 clous de girofle dans 1 tasse à thé d’eau bouillante pendant 3 minutes. Ce thé est agréable, très frais, inhabituel. En cas d’infection intestinale, il peut vous être d’un grand secours.